Camomille noble (ou camomille romaine)

Type : Huile essentielle

Nom binominal : Chamaemelum nobile (ou anthemis nobilis)

Famille : Astéracées

Organe producteur : sommité fleurie

Origine : France (Bretagne, Lozère et Drôme)

Production : Culture, bio

  • La Maison Néroli respecte la législation en vigueur, nous interdisant de citer les propriétés des huiles essentielles, ainsi que leur posologie. C'est pourquoi nous avons choisi de parler quand il y a lieu de l'usage traditionnel et des propriétés des plantes, mais surtout de leur odeur, qui reste le meilleur indicateur de la qualité et de la personnalité d'une huile.

     

    La camomille la plus connue, et la plus utilisée.

    Commençons par la composition, singulière, puisqu'on y trouve tout un tas d'esters aux noms plus exotiques les uns que les autres. En réalité, c'est la plante qui réunit la plus grande quantité ET la plus grande variété d'esters, dont une bonne partie au 'tropisme nerveux' comme on dit. Le résultat ? Une des huiles les plus apaisantes qui soient, aux usages très variés... tant qu'il s'agit d'apaiser.

    Les esters sont par ailleurs des molécules que les fleurs partagent avec les fruits. C'est notable avec cette camomille, dont l'odeur rappellera la pomme mure, doucereuse, presque sirupeuse mais toute de même une grande délicatesse, et bien évidemment un côté floral prononcé. Plus ou moins éthérée selon les terroirs, on pourra parfois y trouver des notes épicées un peu filantes. Sans oublier la facette 'herbacée-agreste' typiques des asteracées.

    Particulièrement bien tolérée au niveau cutané, c'est comme ça qu'elle est souvent conseillée, diluée par précaution dans une huile végétale.

    Nous en avons trois, toutes artisanales et françaises, mais de terroirs et distillateurs différents.

     

    Avelenn: Commençons par la bretonne, distillée par Avelenn au milieu des landes du Morbihan. La plus équilibrée, tempérée, à l'image du climat océanique.

     

    Essenciagua: La seconde, distillée par Essenciagua et cultivée en Anjou, est la plus proche de la bretonne, avec un côté un peu plus franc et un peu plus herbacée. Très intéressante aussi, et la plus typique de la camomille telle que décrite dans la littérature.

     

    Lavandes et Compagnie: La dernière, cultivée et distillée dans la Drôme par Lavandes et Compagnie, nous a surpris par son côté sucré presque confiserie, et par une grande cohérence, une certaine simplicité 'de surface', qui laisse rapidement apparaître la richesse de cette fleur.

     

    Trois huiles magnifiques, distillées avec passion, qui partagent leurs indications mais ayant chacune sa personnalité.

Huile