Rose de Damas

Rose de Damas

Type : Huile essentielle
Nom binominal : Rosa damascena
Famille : Rosacées
Organe producteur : Fleur
Origine : Bulgarie, Turquie, Iran
Production : Bio (Bulgarie) ou conventionnel (Turquie, Iran)

  • La Maison Néroli respecte la législation en vigueur, nous interdisant de citer les propriétés des huiles essentielles, ainsi que leur posologie. C'est pourquoi nous avons choisi de parler quand il y a lieu de l'usage traditionnel et des propriétés des plantes, mais surtout de leur odeur, qui reste le meilleur indicateur de la qualité et de la personnalité d'une huile.

     

    La reine des fleurs !

    Une des plus précieuses aussi, puisqu'il ne faut pas moins de 3 kilos de pétales pour produire 1 petit millilitre d'huile.

    Si les parfumeurs en sont friands, elle a d'autres usages qu'en parfumerie. Pour la peau d'abord, puisqu'elle est particulièrement régénérante et très utilisée en cosmétique.

    En aromathérapie c'est surtout son action sur le cœur qui est prisée : elle est d'abord exaltante et inspirante, mais aussi réconfortante et apaisante. C'est ce qui fait que c'est une des rares huiles essentielles utilisées dans le cadre hospitalier, en soins palliatifs en particulier. On pourrait dire aussi que la rose représente l'amour inconditionnel.

    On ne s'étendra pas sur l'odeur somptueuse de la rose, que nous connaissons tous : florale typique, douce et suave, parfois verte, fraîche, voire citronnée, avec des notes discrètes de miel et d'épices. On y trouve aussi parfois des notes d'artichaut.

     

    Nous vous proposons trois magnifiques huiles de rose : de Bulgarie, de Turquie et d'Iran (en attendant le retour de la rarissime française).

     

    Bulgarie (Bioflore) : La grand dame, typique de la rose. Elle ne fait pas dans la discrétion : flamboyante, très puissante, elle prend de l'ampleur et s'étale. Très rouge, très florale mais aussi très suave. Elle est récoltée à 500m d'altitude, dans la vallée de Kazanlak, dite vallée des roses, à 500m d'altitude. On y cultive surtout la variété 'trigintipetala' de rose de Damas, dite « rose de Kazanlak ». C'est la plus prisée des parfumeurs.

     

    Turquie (Oshadhi) : Récoltée et distillée à Isparta , à 1000 mètres d'altitude, elle est aussi très réputée parmi les parfumeurs. Une bonne partie de la production est d'ailleurs exportée vers la France. A l'ouverture, elle est verte et fraîche, légère, à la fois un peu terreuse et très lumineuse, voire éthérée... puis les minutes passant, elle va se rapprocher de sa cousine Bulgare. Un début d'explication à ça : on cultive majoritairement en Turquie la même variété qu'en Bulgarie, la trigintipetala.

     

    Iran (Oshadhi) : Aussi appelée rose persane, elle est récoltée et distillée dans la région de Qamsar, près d'Ispahan, à 1600m d'altitude. Si je vous parle d'altitude, c'est parce que cette altitude est importante pour la distillation : elle permet une distillation plus douce, avec moins de pression et de température, et in fine une huile plus douce et profonde. Et en effet, cette rose est particulièrement fine et douce. Presque discrète... plus rose que rouge. Elle est plus légère que les précédentes, mais probablement plus intéressante encore. Sur touche, avec le temps, elle garde sa finesse et sa légèreté, et s'oriente vers du vert et du citronné, avec de charmantes notes épicées, poivrées et presque même safranées. Une merveille ! Attention cependant : c'est une rose assez originale, pas vraiment typique. Si vous cherchez de la rose classique, nous vous conseillons la bulgare ou la turque.

     

    A noter : à température ambiante, la rose peut être solide. Un petit réchauffage dans la main suffira à la liquéfier.

Huile